02 795 - VIC SUR AISNE
(Aisne)

De gueules au lion contourné d'or.

Décorations:
Croix de guerre 1914-1918.

Devise: « fides et spes ».

* * *

NOTES, COMMENTAIRES, BIBLIOGRAPHIE

Les émaux figurent sur le pin's des pompiers.
Les plaques de rue montrent un lion non contourné et une inversion des émaux.

Vic tire son nom du latin vicus qui désigne à l’époque romaine un village «vicus super fluvium axone» village sur le fleuve Aisne.
Il occupe une position stratégique à la croisée du fleuve et de la voie romaine Reims, Soissons, Noyon, Amiens.
Ce gué sur le fleuve va devenir un enjeu lorsqu’en 814, la terre de Vic est donnée à la puissante abbaye Saint-Ménard de Soissons. Cette dernière est pillée lors d’un raid normand en 883; le comte de Paris Eudes protecteur de l’abbaye décide d’interdire l’accès à Soissons en édifiant un château à Vic «castrum voici super Axona» qui va tenir son rôle de verrou: Soissons ne sera plus pillé par les Normands.
Rapidement ce château va être convoité par les seigneurs locaux (les Coucy) et les premiers rois Capétiens. Pour y remédier, les moines choisissent de se placer sous la protection des seigneurs de Pierrefonds qui vont y tenir garnison jusqu’au XIIIe siècle.
Parmi les seigneurs de Vic, on relève sur un document de 1269 un écuyer Mathieu qui portait sur ses armoiries «un lion dressé».
Bien plus tard, en 1666, est fondée une compagnie d’arc portant sur ses armoiries un lion. La disparition des archives lors de la 1ère guerre mondiale limite considérablement les recherches.
Avec le retour de la sécurité, le rôle militaire de Vic s’estompe au profit d’un rôle économique. Au cœur de vastes plateaux céréaliers fertiles,le port fluvial de Vic se dote d’entrepôts et devient la plaque tournante du commerce des céréales vers Soissons, Compiegne, Noyon et Villers Cotterets. Les premiers bénéficiaires seront les moines de Saint-Ménard qui signent des contrats avec les négociants,fixent les cours des céréales ainsi que les droits de péages sur le fleuve. Cet âge d’or va perdurer pour eux jusqu'à la Révolution.
En mai 1918, Vic est évacué face à l’offensive allemande et subit de grosses destructions ce qui lui vaut le croix de guerre 1914-1918 (décret du 21 10 1920).
D’après:
Histoire de Vic sur Aisne, Abbé Poquet, 1854, réédition 1989, Le livre d’histoire
Le château et les châtelains de Vic sur Aisne, Denis Rolland, Société d’Archéologie et d’Histoire de Soissons, Tome 29, 1980.
(Patrick Cavelier)

* * *

DOCUMENTS DIVERS


Enveloppe de mairie, 1955.



Plaque de rue, Google Street, 2019.

* * *

Sources: EM PI

Mise(s) à jour:
21/03/2021 Ajout d'un commentaire.
20/03/2021 Création de la page.



Les dessins des blasons sont exécutés par mes soins.
Les documents présentés proviennent, sauf indication contraire, de mes collections personnelles.
Toute utilisation dans un but commercial est interdite, sauf accord explicite de ma part.

Copyright