02 141 - LA CAPELLE
(Aisne)

Coupé: au 1er d'azur à la muraille crénelée d'argent, flanquée de deux tours du même, le tout maçonné de sable, à deux lions d'or brandissant un sabre d'argent, adossés et brochants, au 2e de gueules à quatre besants d'or.

Décorations:
Croix de guerre 1914-1918.

* * *

NOTES, COMMENTAIRES, BIBLIOGRAPHIE

Le nom de cette commune de Thiérache est la déformation picarde du français chapelle.
La légende rapporte qu’au IVe siècle, une jeune irlandaise chrétienne Grimonie fuyant un mariage imposé par sa famille païenne,vint trouver refuge en ce lieu mais, rejointe par ses poursuivants, elle fut assassinée. Une chapelle rappelant l’événement donna naissance au bourg actuel.
Le premier du coupé représente une muraille et deux tours car La Capelle fut une place forte. Le destin de ce bourg sans histoire bascule en 1533 lorsque le roi François Ier décide de renforcer la défense des frontières nord de son royaume face aux possessions espagnoles de l’empereur Charles Quint. La Capelle va entrer dans cette stratégie et, entre 1537 et 1542, elle est fortifiée et apparaît alors dans un inventaire des vivres, artillerie et munitions des places fortes frontalières de Picardie. La Capelle est conçue comme un fort d’arrêt face à Avesnes sur Helpe tenu par les espagnols.
Les deux lions armés et adossés symbolisent la vigilance de la place forte pendant un siècle et demi qui sera prise et reprise au moins six fois. En 1659,le traité des Pyrénées met fin aux guerres franco-espagnoles...et donne Avesnes sur Helpe à la France repoussant les frontières du royaume plus au Nord. La place de La Capelle devenue inutile est démantelée en 1689.
Le second du coupé représente quatre besants d’or énigmatiques. Au XIIe siècle, La Capelle appartient à la puissante abbaye de Saint-Denis en Île de France. Sa protection est assurée par des avoués. Après la famille d’Avesnes se succèdent des familles qui relèvent du Saint Empire germanique: Berlaimont, Houffalize et Rochefort.
En 1407, Jeanne de Rochefort devient dame de La Capelle,elle est l’épouse depuis 1399 de Jean de Schonau seigneur de Schoonvorst en Rhenanie. Il devient donc avoué de La Capelle. Il portait « d’argent à neuf tourteaux de gueules». Aucun autre seigneur de la région ne porte de tourteaux ou de besants sur ses armoiries. En 1437, Jeanne, veuve depuis trois ans, vend l’avouerie à un seigneur local Jean III de Proisy.
Commune décorée de La Croix de guerre 1914-1918 (décret du 24/05/1921) pour avoir hébergé à la villa Pasques la délégation allemande venue négocier l’armistice le 7 novembre 1918.
D’après:
Jacques Meurgey de Tupigny, La vente de La Capelle et La Flamengrie à Jean de Proizy, Mémoires de la Fédération des Sociétés Savantes de l’Aisne, T XV, 1969.
Maurice Arnould, professeur à l’université libre de Bruxelles, Le domaine de Roubais berceau de La Flamengrie et La Capelle, résumé d’une conférence donnée le 7 mars 1976 à La Flamengrie.
Pierre Sergent, La Capelle en Thierache des origines à nos jours, 1974.
(Patrick Cavelier)

* * *

DOCUMENTS DIVERS


Couverture de La Capelle-en-Thiérache, des origines à nos jours,
Pierre Sergent (1974), détail.
(Aimablement transmis par J. Dulphy)



Carte postale, détail.
(Aimablement transmis par J. Dulphy)



QR-Code de la chapelle Sainte-Grimonie.
Photo parue dans l'Aisne Nouvelle du 26 octobre 2019 (détail).
(Aimablement transmis par Jacques Dulphy)

* * *

Sources: TR

Mise(s) à jour:
29/01/2021 Ajout d'un commentaire.
29/10/2019 Ajout d'un document.
25/08/2017 Ajout de deux documents.
15/02/2014 Création de la page.



Les dessins des blasons sont exécutés par mes soins.
Les documents présentés proviennent, sauf indication contraire, de mes collections personnelles.
Toute utilisation dans un but commercial est interdite, sauf accord explicite de ma part.

Copyright