02 199 - CLASTRES
(Aisne)

D'or à dix losanges d'azur ordonnés 3, 3, 3 et 1.

Décorations:
Croix de guerre 1914-1918.

* * *

NOTES, COMMENTAIRES, BIBLIOGRAPHIE

La famille De Clastres, d'ancienne chevalerie, portait: d'or à dix losanges d'azur posées 3, 3, 3 et une. Ces armes sont confirmées, notamment, dans "La Vraye et parfaite science des armoiries, ou l'indice armorial de feu Maistre Louvan Geliot, avocat au parlement de Bourgogne..." (Édition de 1660, p 433).
Cette famille est mentionnée dès 1108 avec Guy de Clastres, premier seigneur connu du nom. Jean II de Clastres, chevalier, seigneur de Clastres, est fait prisonnier à la bataille de Crécy-en-Ponthieu en 1346. En 1360, le domaine de Clastres n'est plus dans la famille du nom: il appartient désormais à Jean Le Hevet.
Ce sont donc ces armoiries "aux losanges" qui sont attribuées aujourd'hui, et sans doute depuis moins de 30 ans, à la commune de Clastres (JJ Lartigue les mentionne en 1995), mais cette attribution semble n'avoir jamais été confirmée par délibération. Et ce ne sont pas les premières armes qu'a portées la commune, si tant est qu'elle en fasse vraiment usage.
En effet, au fronton de la mairie (et il n'y a pas meilleure officialisation, en l’occurrence!) ont figuré dès 1882, année de la construction, en manière d'armes communales, les armes de la maison De Saint-Simon-Rouvroy, issue des comtes du Vermandois. Explication à cela: François de Saint-Simon est devenu seigneur et vicomte de Clastres en 1495; le dernier seigneur du nom fut Claude, pair et grand louvetier, gentilhomme de la Chambre du roi, vicomte de Clastres lui aussi.
La mairie de Clastres est restée presque telle qu'on la voit photographiée, avec les armes des Rouvroy de Saint-Simon, sur les cartes postales des années 1910. Elle a perdu son clocheton, mais quand il a fallu appendre la Croix de guerre, attribuée en 1920 à la commune, le blason originel a été re-sculpté et remplacé, dans l'écu, par une livre ouvert sur les initiales "RF". Les premières armes ont été oubliées. On ne sait par quelle permission la commune avait obtenu de porter, avant 1920, ces armes d'une famille subsistante et illustre. Peut-être faut-il rechercher dans cette "liberté" l'explication de leur retrait du fronton communal.
(Jacques Dulphy)

* * *

Sources: TR

Mise(s) à jour:
18/03/2018 Ajout d'un commentaire.
23/01/2011 Création de la page.



Les dessins des blasons sont exécutés par mes soins.
Les documents présentés proviennent, sauf indication contraire, de mes collections personnelles.
Toute utilisation dans un but commercial est interdite, sauf accord explicite de ma part.

Copyright