L'Armorial 


59 395 - MAZINGHIEN
(Nord)

Coupé: au 1er parti au I de pourpre à l'écusson bandé d'or et de sinople timbré d'un chapeau d'archevêque de sinople, au II d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules, au 2e de sinople à la mésange bleue au naturel.

* * *

NOTES, COMMENTAIRES, BIBLIOGRAPHIE

Armes à enquerre.

Leuridan (Armorial, 1909) ne donne aucun blason pour cette commune qu'il se contente de commenter: "Autrefois Robercourt, banlieue du Cateau". On a donc tardivement composé des armes, modernes jusqu'à l'enquerre.
On reconnaît d'abord le lion de Flandre. Les armoiries archiépiscopales réduites à l'état d'écusson s'avèrent être celles du grand Fénelon (1651-1715, archevêque de Cambrai), aux ornements extérieurs desquelles il manque, de chaque côté du chapeau, une rangée de houppes. On notera le pourpre en "fond", rarissime, qui est la couleur des cardinaux; Fénelon ne l'était pas. Pourquoi donc les armes de Fénélon? Mazinghien, autrefois Robercourt, n'était jadis qu'un hameau du Cateau-Cambrésis, constitué en paroisse au début du XVIIe siècle. Les archevêques de Cambrai (dont Fénélon) étaient seigneurs du Cateau, et donc de Mazinghien.
La mésange bleue au naturel est plus heureuse. C'est ici une figure parlante, dans la tradition du blason: mésange se dit "mazingue" en picard, et le Cambrésis est de langue picarde. Et c'est ici un simple jeu de mot.
(Jacques Dulphy)

* * *

LIENS (à titre indicatif)

* * *

DOCUMENTS DIVERS


Site "Tourisme en Cambrésis", 2012.

* * *

Sources: SI

Mise(s) à jour:
10/02/2018 Ajout d'un commentaire.
08/12/2012 Création de la page.



Les dessins des blasons sont exécutés par mes soins.
Les documents présentés proviennent, sauf indication contraire, de mes collections personnelles.
Toute utilisation dans un but commercial est interdite, sauf accord explicite de ma part.

Copyright