80 705 - SAINT LEGER LES AUTHIE
SAINT NJÈR
(Somme)

(2007) Parti émanché de quatre pièces et une demie d'argent et de gueules.

Devise: «Fidelis in minimo et in majori fidelis» (celui qui est fidèle pour les petites choses, est aussi fidèle pour les grandes).

* * *

NOTES, COMMENTAIRES, BIBLIOGRAPHIE

Création Claude SONGIS.
Armes de la famille de Landas.
La famille de Landas suffit à elle seule pour illustrer un petit pays comme St Léger, elle posséda ce domaine pendant plus de 150 ans. C'est une des familles les plus anciennes et les plus illustres du Hainaut.
(Site en référence)

La famille De Landas, originaire du Hainaut (aujourd'hui, commune de Landas, département du Nord) est très anciennement connue. Certains généalogistes n'ont pas hésité à la faire remonter au IXe siècle; toujours est-il qu'elle donna deux chevalier croisés (Amauri en 1191 et Gilles en 1190 et 1201), que sa filiation est établie jusqu'en 1232 et qu'elle fut convoquée aux États d'Artois en 1789.
Cette famille portait "coupé émanché d'argent et de gueules de quatre pièces" (variantes: de dix pièces, de huit et deux demies, etc.), avec pour cimier un bouc dans un vol.
C'est ce blason (sans les ornements) que relève la commune de Landas (59).
C'est ce même blason qu'a adopté, sur la proposition de Claude Songis, de Buigny-Saint-Maclou, la commune de Saint-Léger-sur-Authie en 2007, quand il s'est agi de préparer l'accueil, chez elle en 2008, de la réunion annuelle des Saint-Léger de France.
Une branche de la famille De Landas fut seigneur de Saint-Léger-Lès-Authie et de Couin (village voisin, côté Artois) durant plus de 150 ans, de la moitié du XVIIe siècle par mariage, jusqu'à la Révolution. Les De Landas étaient bien sûr seigneurs de nombreux autres lieux et n'habitaient pas le château du lieu. En 1748, M. de Landas adressa au roi une demande d'exemption d'impôts pour ce château de Saint-Léger; cette demande fut accordée à condition qu'il soit démoli. Ses matériaux furent utilisés dans la construction du château voisin de Couin (62) par Philippe de Landas. Dernier du nom, Marie-Charles-Ghislain de Landas, comte de Louvignies, mourut en 1823 sans héritier survivant. Le château passa alors aux De Louvencourt.
Sur la proposition de Claude Songis, la commune a également adopté deux lévriers pour supports, et la devise "Fidelis in minimo et in majori fidelis" (Celui qui est fidèle dans les petites choses, est fidèle aussi dans les grandes choses).
La commune voisine de Couin (62), où Philippe de Landas a fait construire son élégant château classique de pierres blanches, a relevé elle aussi les armes de la famille, en inversant les couleurs (voir: Couin, 62).
(Jacques Dulphy)

* * *

LIENS (à titre indicatif)

* * *

DOCUMENTS DIVERS


Armes de la famille De Landas.
Gouache de Marcel Stiennon, vers 1975.
(Aimablement transmis par Jacques Dulphy)



Armes de Philippe de Landas.
Armorial Général de France, Charles D'Hozier (édit de 1696)
26e volume, Picardie, Généralité d'Amiens, folio No 325.



Avis de mairie.
(Photo Jacques Dulphy, 2018)

* * *

Sources: SI ML

Mise(s) à jour:
05/11/2018 Ajout d'un document.
22/03/2012 Ajout d'un document et de commentaires.
01/03/2012 Ajout d'un document.
20/05/2011 Création de la page.



Les dessins des blasons sont exécutés par mes soins.
Les documents présentés proviennent, sauf indication contraire, de mes collections personnelles.
Toute utilisation dans un but commercial est interdite, sauf accord explicite de ma part.

Copyright