02 691 - SAINT QUENTIN
Chef lieu d'arrondissement (Aisne)

(XVIe s.) D'azur au buste de saint Quentin auréolé d'argent accompagné de trois fleurs de lis d'or.

Décorations:
Légion d'honneur (06/06/1897).
Croix des maïeurs (1752).
Croix de guerre 1914-1918.

Devise: « pro deo rege et patria » (pour Dieu, le Roi et la Patrie).

* * *

NOTES, COMMENTAIRES, BIBLIOGRAPHIE

La capitale de la Haute Picardie a représenté le buste auréolé de son saint martyr sur ses armoiries.
À la fin du IIIe siècle, un jeune aristocrate romain, fils de sénateur est chargé par le pape MARCELLIN d’évangéliser la Gaule Belgique avec d’autres compagnons. Son nom Quintinus signifiait qu’il était le cinquième enfant de sa famille. C’est à Samarobriva (Amiens) qu’il va exercer son apostolat mais il est victime des persécutions lancées contre les chrétiens en 303 par l’empereur Diocletien. Il subit le martyre à Augusta Veromanduorum (St Quentin) ou il est inhumé. Sa sépulture sera à l’origine d’un culte et d’un pèlerinage qui vont faire la fortune de la ville au point que cette dernière va prendre le nom de Sanctus Quintinum (attestè dès 842).
Devenue capitale des puissants comtés de Vermandois, elle est annexée au royaume de France en 1215 par Philippe Auguste. Elle devient une «bonne ville» ce que nous rappellent les trois fleurs de lys d’or sur champs d’azur. La ville profite alors de sa position entre les villes drapières des Flandres et les villes de foire de Champagne et connaît une forte croissance économique. Mais sa position de «ville frontière» l’expose aux convoitises des Pays-Bas bourguignons puis espagnols. En 1557,elle soutient un siège mémorable de 17 jours face à l’armée du roi Philippe II alors le plus puissant d’Europe. La belle résistance de l’amiral de Coligny n’empêche pas la destruction de la ville et le massacre de la population. L’armée espagnole malmenée ne pourra cependant exploiter son succès et renonce à son objectif: Paris. Ému par l’ampleur du carnage et des destructions Philippe II décide la construction du palais-monastère de l’Escorial près de Madrid qu’il va dédier à... saint Laurent (jour de la prise de la ville).
Deux siècles plus tard,en 1752 le roi Louis XV remet La Croix des Mayeurs à la ville en récompense de sa fidélité.
En 1897 la ville reçoit la Légion d’honneur pour sa belle résistance face aux prussiens lors de la guerre de 1870-71.
Occupée dès la fin août 1914, St Quentin va être la victime du repli allemand sur la ligne Hindenburg en mars 1917. Elle est détruite à 80% ainsi que ses industries. Elle sera de nouveau décorée de La Croix de guerre en 1920.
On notera que sous la Révolution la ville va s’appeler Linon s/Somme en 1793 puis Somme Libre et Égalité s/Somme.
(Patrick Cavelier)

* * *

LIENS (à titre indicatif)

* * *

DOCUMENTS DIVERS


Blason sur Héral-dick Magazine, 2012.
(Dessin de M et R Louis)



Enveloppe de mairie, 1960.



Armorial Général de France, Charles D'Hozier (édit de 1696)
26e volume, Picardie, Généralité d'Amiens, folio no 112.



Document de la mairie.



Carte postale armoriée ancienne.



Enveloppe de mairie, 2015.



Carte postale, détail.



Article de presse LeCourrier Picard du 3 août 2017, (site du journal).

* * *

Sources: AO DH

Mise(s) à jour:
11/03/2018 Ajout d'un commentaire.
05/08/2017 Ajout d'un document.
09/04/2017 Ajout de quatre documents.
12/06/2013 Création de la page.



Les dessins des blasons sont exécutés par mes soins.
Les documents présentés proviennent, sauf indication contraire, de mes collections personnelles.
Toute utilisation dans un but commercial est interdite, sauf accord explicite de ma part.

Copyright